Advance: Home


Polyvalent, talentueux et brillant

Aaron Durogati, pilote du team ADVANCE et l’un des rares pilotes au monde à pouvoir vivre de son activité d’athlète de haut niveau, se sent à l’aise dans toutes les disciplines du vol libre. En l’occurrence, il apprécie tout particulièrement de combiner le vol libre avec d’autres activités de montagne. Lors de son voyage retour après une rando-escalade dans la vallée de la Sarca, près d’Arco, le double vainqueur de la superfinale a répondu à nos questions au sujet de sa polyvalence et du sport en général.
  • ADVANCE: Aaron, l’année dernière, tu t’es blessé au genou lors du X-Alps. Comment vas-tu, depuis ?

    Aaron: Beaucoup mieux ! J’ai repris tout doucement la course à pied, une à deux fois par semaine – du fractionné, uniquement sur des distance courtes. Il y a deux semaines, j’ai même pu participer à une petite compétition de Hike & Fly. Juste 800 m à gravir avant de redescendre en vol. J’ai fini troisième, un résultat qui me satisfait pour le moment. Je travaille l’endurance sur mon vélo de course. Prendre le départ du X-Alps constitue mon objectif principal pour l’année prochaine et je veux être en forme d’ici-là. Comme je ne dois à nouveau lester mes genoux que peu à peu, je ne participerai pas au X-Pyr, cette année. Raison pour laquelle j’ai aussi renoncé à l’Ironfly. Mais je serai prêt pour le Dolomitenmann et les Elements.

    Prendre le départ du X-Alps constitue mon objectif principal pour l’année prochaine.

    ADVANCE: Non seulement tu maîtrises toutes les disciplines du parapente, mais tu pratiques aussi le speedflying, le ski ou l’escalade glaciaire en hiver, ou encore l’escalade, le trail et la highline en été. Comment t’entraines-tu ? En tant qu’athlète polyvalent spécialisé dans la montagne, tu as un plan d’entraînement spécifique ?

    Aaron: Jusqu’à il y a trois ans, je suivais un plan d’entraînement. Un plan général, pour être en forme de manière générale. Depuis trois ans, je m’entraîne bien sûr aussi régulièrement, mais plutôt en fonction de la discipline de saison. La randonnée à ski et le ski en hiver, la course à pied et le vélo en été. J’aime assez le vélo de course, d’ailleurs. Le problème, c’est qu’on ne peut pas le combiner avec le vol libre ! (Il rit.)

     

  • Aaron Durogati

    Nationalité : Italienne/Tyrol du Sud
    Lieu de résidence : Meran
    Année de naissance : 1986
    Pilote de parapente depuis : 2002
    Pilote du team ADVANCE depuis : 2017
    Plus grands succès : Double vainqueur de la Paragliding World Cup, de nombreuses victoires en Coupe du monde, 2e et 3e places au X-Pyr, 6e et 7e places au X-Alps, 1er, 2e et 3e lors du Dolomitenmann, médaille au Skimarathon Sellaronda. En tant qu’athlète de haut niveau, il aime poser de nouveaux jalons et combine le vol libre à diverses disciplines des sports de montagne.

  • Séance d’entraînement estivale de course en montagne : la PI 2 permet de ménager les genoux.
  • Même lors de randonnées à ski en haute montagne, Aaron emporte souvent un parapente avec lui. On ne sait jamais…
  • Et quand le terrain devient trop raide pour skier, le parapente sort du sac à dos.
  • Climb & Fly : le Tyrol du Sud s’y prête comme aucun autre endroit. Chez lui, Aaron profite ainsi d’innombrables possibilités.

ADVANCE: Tu voles régulièrement avec différents modèles ADVANCE – OMEGA XALPS 2, OMIKRON, PI 2 et PI BI. Tu as un « jouet préféré » parmi eux ?

Aaron:Un produit préféré ? Difficile à dire, car il s’agit de différents aspects du vol libre. Je trouve l’OMEGA XALPS 2 vraiment canon, la meilleure aile pour le Hike & Fly, le X-Alps et le vol de distance. Il s’agit d’une aile aux performances exceptionnelles, un poids plume très compact en plus. J’apprécie la PI 2 pour redescendre après l’ascension d’une montagne. L’aile idéale pour mes projets à ski. Elle trouve sa place dans un sac à dos de 20 l et même quand j’emporte des cordes et des crampons, la PI 2 prend peu de place. Elle fait preuve d’un pilotage super simple et décolle partout. Comme je me sens très à l’aise sous cette aile, je vole en général sans parachute de secours.

L’OMIKRON me plaît pour toute l’énergie qu’elle développe, avec ses 17 m2 ! Plus qu’un autre modèle avec lequel je volais avant, une aile de 16 m2 plus simple à piloter. Elle me permet aussi de voler en thermiques, super et idéal pour les longues sessions d’acro. En ce qui concerne le BIBETA 6, l’aisance au décollage et le pilotage simple me plaisent tout particulièrement. L’atterrissage se déroule tout en douceur. Quant au PI BI, il décolle comme un charme. Un véritable jouet qui me permet aussi de faire un peu d’acro en biplace. Les performances restent excellentes. Chaque aile est super. Voilà ce que j’apprécie chez ADVANCE.

ADVANCE: À ton avis, quelles sont tes qualités dans le domaine sportif ?

Aaron: D’une part, j’arrive assez bien à combiner différentes disciplines sportives. D’autre part, j’ai un très bon niveau dans plusieurs disciplines du parapente : la compétition, le vol de distance, le Hike & Fly, le speedflying et l’acro. Je suis aussi assez fort dans le domaine de l’endurance. Voilà ce qui me permet de combiner le ski ou l’escalade avec le vol libre.

ADVANCE: Existe-t-il encore une discipline sportive que tu aimerais essayer ? 

Aaron: Hmmm… (il réfléchit). Non. Pas vraiment, à l’heure actuelle. L’année dernière, j’ai essayé le parachutisme. Après un passage par la soufflerie à Milan, j’ai fait une douzaine de vols. Mais je n’ai pas le temps de suivre la formation.

Ce que je préfère, c’est combiner diverses disciplines des sports de montagne avec diverses disciplines du parapente, comme la descente de véritables murs sous une aile.

  • Le Langkofel, les Tours de Sella et le Piz Ciavazes : les Dolomites constituent un décor exceptionnel pour la course en montagne.
  • Un pliage soigneux augmente sensiblement la longévité d’un parapente.

ADVANCE: Quel fut le plus beau moment dans ta carrière sportive, à ce jour ?

Aaron: J’en ai vécu quelques-uns. Mais le plus beau fut sans doute ma première victoire en superfinale de la Coupe du monde en 2013, en Colombie. Je sortais d’une période vraiment difficile après la mort accidentelle de mon père en 2012.

ADVANCE: Et le moment le plus triste ?

Aaron: Mon abandon lors du X-Alps 2017 après ma blessure au genou. Je m’étais tellement bien préparé, j’étais très en forme et j’avais accumulé beaucoup d’expérience lors des deux éditions précédentes. En plus, tout allait bien aussi du point de vue du matériel et du team.

  • À vos marques, prêts… partez !
  • Départ vers une nouvelle aventure.

ADVANCE: Avec Renata Kuhnova (une pilote active en PWC, N.D.L.R), vous avez un fils qui aura bientôt deux ans. La paternité a-t-elle changé la manière dont tu abordes tes projets sportifs ? 

Aaron: Non, absolument pas. Je suis juste très heureux d’avoir Arno. Retrouver Arno et Renata quand je rentre chez moi me réjouit à chaque fois. Beaucoup s’imaginent que je fais des choses extrêmes, mais j’ai beaucoup d’expérience, je procède de manière réfléchie et je fais attention. Il en a toujours été ainsi. Avoir un enfant n’a donc rien changé.

ADVANCE: Où te vois-tu dans dix ans ? 

Aaron: Sous un parapente, à faire de la compétition, et à la montagne.

ADVANCE: Peux-tu déjà nous dévoiler quels projets tu as encore, cette année ?

Aaron: Hmmm… (il réfléchit). J’ai deux idées en tête, mais il est encore trop tôt pour dévoiler quoi que ce soit.

ADVANCE: Nous avons hâte d’en apprendre plus et te souhaitons d’ores et déjà beaucoup de succès ! Et nous aurons plaisir à découvrir quels sont tes plans. Merci pour cet entretien, Aaron !

En savoir plus sur Aaron Durogati

  • L’alpiniste volant

    En avril, la télé italienne « RAI Südtyrol » a diffusé un documentaire très complet sur le sympathique athlète originaire du Tyrol du Sud. Le lien vers le film de 25 minutes

  • /advancedadventure Himalaya

    Aaron Durogati et l’alpiniste de haute montagne Tamara Lunger ont découvert l’Himalaya indien en Hike & Fly et en tandem. Le récit complet se trouve ici.

  • Tandem himalayen : la vidéo

    Lors de leur périple Hike & Fly en tandem à travers l’Himalaya indien, Aaron et Tamara Lunger étaient accompagnés par le vidéaste Alessandro d’Emilia. Le film se trouve en ligne ici.

  • Fun and Freedom with OXA 2

    Xc Flight

    What do you think about this view? flying above big mountains, glaciers and dolomiti.. #puremountain #advacedadventures

    Posted by Aaron Durogati on Thursday, 26 April 2018

    Vol de distance, acro, speedflying – avec Aaron, les limites se fondent les unes dans les autres. Le plaisir reste essentiel, comme ici en freestyle sous l’aile de course légère OMEGA XALPS 2.

ADVANCE Athletes Social Media Feed


Sign Up for ADVANCE Newsletter